Fragments

J’étudie en création littéraire et depuis je n’ai jamais si peu écrit ici. Avant je m’installais au café et il y avait les nouvelles, la musique, les gens. Un mot, une phrase, n’importe quoi devenait quelque chose à explorer. Maintenant tout ce que j’ai envie de dire c’est que j’ai peur de vieillir, que j’ai besoin de changement, que j’ai le feeling qu’il me manque des membres, des fois. Maintenant je n’écris que dans des cahiers.

Suite illogique de fragments thérapeutiques.

********

Depuis que je suis toute petite, je rêve que je m’envole. Pour tout et pour rien. Pour me déplacer plus rapidement, observer, éviter les dangers. Souvent, pour éviter les dangers. Ça se passe toujours de la même façon. Je dresse mes bras haut dans les airs en suivant mes mains du regard. Inspire par le nez. Je plie les genoux, et comme si l’air était du miel, avec résistance je redescends mes bras tout en allongeant les jambes. Expire par la bouche. Regarde le ciel. Nage. Je nage dans le dehors à une vitesse assez impressionnante merci.

Ainsi je ne suis jamais en retard.

Ainsi je te fuis, connard.

********

En aucun moment je me sens plus libre que lorsque je ne sais où je suis. Ni par où je vais.

********

Tel un grand cliché, j’attire les hommes en relation ou très nouvellement sans relation. L’un deux m’a dit dernièrement que ça s’expliquait probablement par mon grand niveau de regarde-comme-j’ai-pas-besoin-de-toi-dans-le-fond. La qualité parfaite de la parfaite maîtresse et/ou du parfait rebond.

Je me demande encore si je suis à l’aise avec l’hypothèse. 

Pense pas, non.

********

Puisque Internet me rappelle tous les jours contre mon gré que je devrais travailler ma fucking shape de bikini parce qu’on sait jamais quand l’idée d’un spa popera dans la tête de qui que ce soit, j’aimerais me remettre à courir. Une vie à courir pour rocker les bords de plans d’eau.

C’est déprimant comme la pluie au jour de l’an.

********

Vers l’âge de 7 ans j’ai commencé à apprendre le piano. Je me souviens Rachelle. Son écriture tremblante et ses petites tapes dans le bas du dos. Me tenir bien droite. Toujours. Je me souviens les collants dans mon cahier où j’inventais avoir travaillé mes pièces 30 minutes tous les jours. Je me souviens les évaluations de fin d’année sur le grand piano à queue. Je me souviens avoir chanté dans mes cours de solfège. Je me souviens avoir eu envie de jouer du violon. J’trouvais ça plus cool mais Maman trouvait ça plus grinçant. Je me souviens les nombreuses marches pour monter jusqu’au local. Je me souviens les chocolats qu’il fallait vendre de porte à porte chaque année. Passer chez Mme Tremblay, Mme Fillion, Mme Tremblay, Madame Bilodeau, Mme Tremblay, Doris, et donner le reste de la boîte à Papa pour qu’il les offre au bureau. Je me souviens avoir participé à un concert et avoir gagné une cassette de Bach. Je ne me souviens plus si c’était un prix de présence ou un prix parce que j’avais bien joué. Je me souviens avoir joué du jazz et n’avoir rien compris. Je ne me souviens pas avoir joué simplement pour jouer.

Il y a quelques mois pour mon anniversaire, je me suis offert un piano. Pas de pression, pas de tape dans le dos. Dix doigts, 88 notes, pas vraiment de temps mais enfin de l’agrément. Bonheur enrobant.

J’ai trouvé une nouvelle porte de sortie.

********

Je me demande si à mon âge, avec pas trop de travail et beaucoup de volonté, je peux toujours rêver de réussir le sirsasana. Tenir sur la tête m’aiderait peut-être à garder les pieds au sol.

********

Prenez la couchette du fond qu’ils disaient, elle est plus grande, qu’ils disaient en déplaçant nos sacs avant même d’avoir demandé notre avis. N’ayez confiance en personne, disait de son côté mon Lonely Planet. 

Douze heures dans une couchette longue et large de quatre pieds où l’on devait entrer tous les deux avec nos bagages. Pas la hauteur nécessaire pour s’asseoir. Condamnés à passer ces douze heures en position fœtale sur un matelas imbibé de pisse. Ça va être long, qu’on se disait. Le fond d’un autobus sur les routes cahoteuses du Rajasthan, c’est presque un flirt avec la mort. Ne pas dormir. Être trop occupés à appréhender les courbes serrées et les bosses hautes de deux mètres. Les coups étaient si forts que j’ai cru à un moment avoir une côte cassée. J’ai cru qu’elle perforerait mon poumon gauche et que j’allais crever. Là. Je ne savais même pas où. J’ai pleuré de douleur.

Les fonds d’autobus, c’est cool juste quand t’es en secondaire 4. 

********

J’enfile les bouquins comme j’enfilerais les clopes si seulement j’enfilais des clopes.

– Ça te rend pas un peu asociale, de lire autant?

– Disons plutôt que ça me donne une raison de l’être.

********

Les changements de saisons me donnent envie de rester à la maison. Je ne sais plus si j’ai le goût de voyager. C’est l’intérieur de ma maison qui aurait besoin d’aventure, de fantaisie, de mirage. Si tout autour de moi pouvait partir pour changer un peu, ça me ferait le plus grand bien. J’attendrais le retour de tout en lisant un roman.

Ce serait ben correct.

********

Amour – amoureux – amourettes – amouracher. Il devrait exister un mot qui désigne l’amour réciproque. Ça fait pas de bien à moins de se vivre à deux. J’ai pas envie de forcer. J’ai plus envie d’espérer j’ai pas envie d’attendre de voir d’un coup que finalement au bout du compte ça se développe en quelque chose de pas si pire que je pourrais endurer le temps que ça dure.

Vous me rendez triste à vous tromper. 

Advertisements

One thought on “Fragments

Add yours

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blogue gratuit sur WordPress.com.

Up ↑

%d blogueurs aiment ce contenu :