Mon coeur comme un métronome

  Dimanche, 1er septembre 1991. J’ai dix ans. Ça commence à être rare, mais hier il faisait chaud alors on a pu souper dehors. Papa nous a fait les meilleurs hamburgers du monde sur le BBQ, qu’on a mangés avec de la salade à la crème. Moi, je trouve ça un peu plate, la salade... Continue Reading →

Advertisements

Baise-en-ville

  Dernièrement, une amie m’a dit qu’elle traînait toujours avec elle son baise-en-ville. Juste au cas. J’ai trouvé ça trash. D’après moi, les choses se sont mises à mal tourner le jour où on a commencé à appeler un baise-en-ville un baise-en-ville. On s’est mis à s’intéresser un peu à beaucoup de monde et à... Continue Reading →

Mal de l’Inde

  J'ai la fièvre. Mal à la tête. Mal à la gorge. Mal au coeur. Mal à l'âme. Mal à la faim. Mal à la soif. Mal au corps. C'est le pays de tous les possibles qui m'a laissé en souvenir un sale virus. Un sale virus et trente mille images en couleurs. Plus de... Continue Reading →

Mélodrame

Sur la table j'ai déposé ce refrain triste Refrain triste et fond de café Fond de café et feuille lignée Feuille lignée sous déceptions rouillées Fatiguée J'ai enfilé une robe de dentelle trop blanche pour la fin du monde J'ai regardé dans le vide défiler notre poésie ratée Promesses intenues Promesses toutes nues Je t'ai... Continue Reading →

Film de filles et idioties.

Il y a ce film à la télé. Je le regarde et j'écris. J'écris beaucoup ces jours-ci. Parce que vacances. Parce qu'attente d'un départ. Parce que réveil beaucoup trop tôt chaque matin. On dit que plus les vieux vieillissent, plus ils se lèvent tôt. J'ai 34 ans. À ce rythme, je finirai par me lever... Continue Reading →

Pour Leya

C'était lundi de Pâques. J'étais à la radio et les appels d'auditeurs un peu cocktail se multipliaient. Avec les décennies, les mimosas de Pâques ont gagné en popularité. Enfin. J'étais à divertir ce public ramolli quand j'ai reçu un appel qui allait un peu changer le cours de ma soirée. Une jeune femme me raconta... Continue Reading →

Petite fille deviendra femme.

J'ai peine à croire ce que j'entends chaque fois. Il faut être "gras dur" pas à peu près. Être né dans notre beau, grand et prospère pays, après les années 80, ou être complètement déconnecté pour affirmer qu'il est ridicule que nous ayons, chaque année, une journée de la femme. Une journée pour revendiquer l'égalité... Continue Reading →

Propulsé par WordPress.com.

Up ↑

%d blogueurs aiment ce contenu :